MÉDITATION DANS L’AVION



Le premier voyage : la symbolique

C’était la première fois que je prenais l’avion, et j’avais un mélange d’excitation et de stress. J’ai toujours eu en tête que l’avion faisait peur, alors quand le décollage a eu lieu, j’ai serré fort la main de mon ami et j’ai soufflé comme si on allait me faire une piqûre douloureuse !

Et une fois dans le moment présent : j’ai rouvert les yeux et j’ai rigolé, j’ai trouvé ça super facile et fluide. Mes oreilles se bouchaient sans arrêt, mais je décompressais en me bouchant le nez et j’ai décidé de me détendre au maximum. En fait, je commençais déjà mon expérience mais sans vraiment m’en rendre compte…



Un long voyage : il me fallait dormir

Le voyage devait durer 8h et j’étais déjà debout depuis plus de 10h. Avec le décalage horaire, je savais que ma journée allait durer plus de 24h alors je devais absolument dormir, même si je n’étais pas spécialement fatiguée. Je m’étais installée confortablement, j’étais en train de me reposer mais pas encore sur le point de m’endormir car mes pensées fusaient dans tous les sens. J’ai d’abord tenté de faire le vide dans ma tête mais cela n’a pas fonctionné. Je commençais à m’agacer et à bouger dans tous les sens donc j’ai fini par ouvrir les yeux et regarder autour de moi.. Et comme un signe de l’Univers, je vis un homme asiatique d’environ 50 ans en train de méditer à quelques sièges de moi.



Cet homme qui méditait : mon observation

Il était assis bien droit sur son siège qui n’était même pas en contact avec son dos. Ses pieds étaient posés sur le sol de façon à plier ses jambes à 90° et lui donner un bon appui. Ses mains posées sur ses jambes, les paumes dirigées vers le ciel. On voyait clairement qu’il n’y avait pas de contractions musculaires forcées au niveau de ses bras, de ses jambes, de ses mains, de ses doigts. Ses yeux étaient fermés et j’ai vu que son visage était hyper serein, son corps entier décontracté et sa respiration était lente et régulière. Il m’inspirait et je pris donc la décision de l’imiter. Me voilà partie pour une expérience formidable et très atypique !


L’expérience en mimant l’homme

J’ai commencé par prendre la même position que cet homme, me concentrer sur ma respiration ventrale qui ralentissait peu à peu. Je sentais mon corps se détendre tout doucement. J’ai réalisé pendant une fraction de seconde que je ne me lassais pas de cette sensation à chaque méditation / visualisation que je faisais. Au bout de quelques minutes, j’ai senti que mon dos n’était pas très habitué à se tenir droit, alors je me suis reposée sur le dossier de mon siège mais je continuais l’expérience tout de même. J’ai procédé de la même manière que d’habitude :

  • tout d’abord je me suis connectée à l’énergie de la terre en m’enracinant dans le sol : j’ai imaginé des racines sortir de mes pieds et s’enraciner profondément dans la terre et sur une très grande surface. J’ai imaginé que l’énergie terrestre remontait par ces racines et envahissait doucement mon corps tout en le rechargeant de belles ondes.
  • ensuite je me suis connectée à l’énergie du ciel en ouvrant mon chakra coronal (?) : j’ai imaginé qu’il y avait comme un tube lumineux qui partait de mon crâne vers le ciel et qui s’étendait infiniment. J’ai imaginé ensuite l’énergie céleste qui passait par ce tube et qui envahissait, elle aussi, mon corps.
  • J’ai ouvert mon chakra du cœur et mon plexus solaire et j’ai laissé les émotions sortir tout naturellement. Celles-ci ne me provoquaient pas forcément de pleurs, de rires ou d’autres manifestations physiques de mes émotions. Je sentais simplement des vagues alternant sentiment de poids et libération totale de ce dernier.


L’instant présent

Habituellement, à ce stade de ma méditation je procède à une visualisation (Cf article « Les visualisations »). Mais cette fois-ci, je n’ai pas décidé de faire tout de suite une visualisation mais simplement d’être présente dans mon corps, de porter mon attention sur ce que je ressentais, sur les effets du vol sur mon corps. Tout d’abord, j’ai senti que mon estomac était fragilisé par les mouvements de l’avion alors j’ai décidé de me focaliser sur cette organe. En laissant mon attention se porter sur mon estomac, j’ai senti que le malaise se dissipait et j’ai fini par ne plus le ressentir du tout.  J’ai senti que mon corps était bercé par le vol, et j’ai eu la sensation de flotter dans les airs. Le fait d’être en plus sur le point d’arriver sur une terre totalement inconnue pour moi, très loin de chez moi, différente de la mienne en de nombreux points, cela excitait totalement mon imaginaire.


La visualisation

C’est à ce moment que la visualisation a donc commencé, naturellement, toute seule : je me sentais alors comme étant simplement l’avion lui-même, en train de flotter au dessus de la terre à travers les nuages. Les paysages que j’ai pu observer au décollage et une fois en altitude de croisière (?) venaient pimenter mes sensations et ma méditation. Aucune pensée ne venait déranger le calme intense de ma visualisation, même pas celle de mon propre corps posé sur mon siège.

Je me suis laissé bercer durant une bonne vingtaine de minutes de cette manière, puis je suis revenu doucement à mon corps. J’ai commencé par revenir au moment présent et à me revoir dans l’avion, à la place près de la fenêtre où j’étais. Ensuite, j’ai laissé mon corps retrouver doucement ses sensations, en commençant par ressentir mes appuis au niveau de mes pieds, de mes jambes, de mes fesses et de mon dos. J’ai bougé doucement mes pieds, mes doigts puis mes mains. Je me suis étirée comme un chat et j’ai ouvert les yeux.



A la fin de ma méditation : mon avis

La première chose que j’ai pu observer était que l’homme était toujours dans sa position et n’avait pas bougé d’un centimètre, tandis que moi j’étais affalée sur mon siège et presque endormie. Étant donné que la détente m’avait donné vraiment l’envie de dormir, j’ai décidé d’allonger un petit peu mon siège et de me reposer. N’ayant pas un sommeil très lourd ce jour-là, j’ai ouvert régulièrement les yeux, et durant 2h30 j’ai vu que l’homme ne bougeait pas du tout. J’étais tellement admirative ! Et je le suis encore à l’heure où j’écris cet article. Cette méditation était une expérience fabuleuse et je la recommande à tous ceux qui prennent l’avion, même pour une heure. 20 minutes de cet exercice vous garantie une détente totale et remet les choses en perspective grâce à son environnement tout en hauteur !

Sur le moment et en voyant l’endurance de cet homme pour cet exercice, je me dis que j’avais du chemin à faire mais il était pour moi un réel exemple. Cela me motive même à tenter une deuxième fois l’expérience et ça a également donné envie à mon ami de faire la même chose…

Il a quelques huiles essentielles avec lesquelles il est vraiment très agréable et intéressant de méditer : laurier noble, lavande officinale, pruche…


Pour vos questions et vos commentaires, rendez vous ici : 
SUR FACEBOOK
SUR INSTAGRAM